Giacomo Anastasi chante les « Cantautori »

 

 

Seul ou avec ses musiciens, Giacomo Anastasi nous sert la crème des cantors de la variété ultramontaine. Redécouvrez les voix singulières, poétiques et engagées qui ont marqué et enchanté des générations.

 

Giacomo chante…

…PINO DANIELE

Pino Daniele débute sa carrière à la fin des années 1970 avec l’album Terra Mia. Il a aussi composé les musiques pour les bandes sonores des films Le vie del Signore sono finite et Pensavo fosse amore invece era un calesse, tous les deux dirigés par son ami Massimo Troisi, lui aussi napolitain. Sa voix, qui se place dans un registre très élevé, a un timbre singulier, cristallin et pénétrant.
Dès les année soixante, influencé par la musique rock, mais aussi par le jazz de Louis Armstrong, il réalisa une synthèse entre éléments musicaux et linguistiques très variés, suivant un parcours personnel toujours contrôlé sur le plan de la composition.
Sa passion hétéroclite pour la musique lui donna l’occasion de faire naître un style musical, qu’il appelle lui-même « taramblu », pour montrer le mélange entre tarentelle, rumba et blues, pris comme emblèmes de leurs cultures respectives.
Au début, ces compositions étaient caractérisées par une forte connotation sociale et politique, mais plus récemment, il s’est adapté à un marché plus commercial, au point où il est considéré comme un important interprète de la World Music.
Il meurt dans la nuit du 4 au 5 janvier 2015.

 

…LUCIO DALLA

Lucio Dalla était un musicien et chanteur italien. Entre chanson italienne, soul, rock, et « protest songs », son style très particulier a été influencé par de très grands paroliers tels que Fabrizio De André, Francesco De Gregori et Roberto Vecchioni.
Avec simplicité et tendresse, Lucio Dalla a toujours réussi à émouvoir toute une génération. Ses titres les plus célèbre sont notamment Lei, Ma questa sera, et surtout Caruso, en hommage au légendaire ténor Enrico Caruso.

 

…PAOLO CONTE

Paolo Conte est né le 6 janvier 1937, dans la ville piémontaise d’ Asti située au nord de l’Italie. Durant la Seconde Guerre Mondiale, il part dans la ferme de ses grands-parents : cette première prise de contact avec les traditions populaires le marque à jamais. C’est également dans cette période qu’il développe un goût prononcé pour le jazz, le cinéma, et toutes les expressions graphiques. Il intègre par la suite un orchestre de jazz (au pupitre du vibraphone). Une vocation contrariée de médecin l’entraîne  à suivre des études de droit : issu d’un  famille de notaires et notables, Paolo Conte est le seul artiste répertorié au monde à avoir, durant un quart de siècle, mené simultanément une carrière de chanteur, et d’avocat d’affaires.  Dès les années soixante, le musicien adore frayer avec le monde de la variété, et, lorsque Adriano Celentano interprète en 1967 «La Coppia Più Bella Del Mondo », le succès du refrain l’incite  à persévérer. D’autant que d’autres interprètes font sa réputation : Patty Bravo (« Tripoli ’69 »), Caterina Caselli, Enzo Jannacci, et Adriano Celentano, dont le scandaleux « Azzuro » (1969) sera adapté en France par Régine. C’est ainsi qu’ n 1974 sort son premier album éponyme (dont on retient la tendre « Una Giornata Al Mare »). L’anné  d’après, les Italiens commencent à se familiariser avec son élégante voix en papier de verre, sa sophistication de crooner et le raffinement suranné de ses orchestrations.
Entre le piano et la planche à dessiner, Paolo Conte reste la moustache poivre et sel la plus talentueuse et renommée  de la scène internationale. Docteur honoris causa de maintes universités, et décoré à plusieurs reprises dans son pays d’origine, il a été fait en France Chevalier dans l’Ordre des Arts et Lettres. Il vit toujours à Asti.

 

 

Partage