L’ATTENTE Comédie dramatique de Raphaël Toriel

 

Quelque part en Méditerranée, trois jeunes femmes et leur mère attendent l’arrivée du « fiancé » de l’ainée. Le jeune homme tarde à venir ce qui donne lieu à une attente de plus en plus difficile à supporter. Toutes les femmes de la maison vivent dans l’espoir d’un événement qui viendrait donner un sens à leur vie. Le père ne se montre pas. Les esprits s’échauffent. Les cœurs s’ouvrent sur les frustrations et les ressentiments. L’homme attendu viendra-t-il ? Osera-t-il la confrontation ? Le père saura-t-il le recevoir ? La tension monte !
« Si l’on bâtissait la maison du bonheur, la plus grande pièce serait la salle d’attente », disait Jules Renard. Ici, la salle d’attente bouillonne et entre sourires et larmes, tendresse et violence contenue, on découvre la face cachée d’une famille dont l’histoire n’est finalement pas celle que l’on croit…

A partir de 12 ans   –   Durée : 1h35

DISTRIBUTION

Mise en scène et montage sonore : Giorgio Carpintieri
Sonia, l’aînée : Aline Chetail
Maïa, la cadette : Cécile Ducharne
Nada, la petite : Aude Carpintieri
Décors : Giorgio Carpintieri, Rana Raouda (tableau),   Costumes : Milena Tusa,   Création lumière : Frank Demaret

L’INTENTION

La mise en scène se veut très sobre et centrée sur la mise en évidence des conflits  psychologiques qui règnent entre l’imaginaire individuel de chacune des quatre femmes et la réalité quotidienne, faite de « systèmes de domination réciproques ».
J’ai voulu une mise en scène où l’action est très limitée parce que conditionnée et contrainte par le huit-clos  domestique, représenté sur scène par un patio, symbole de la maison méditerranéenne. Des voiles verticaux définissent cet espace, comme s’il fallait traverser un brouillard pour accéder aux secrets de la maison. Les peintures sur ces voiles (réalisées par Rana Raouda, artiste peintre) ont la fonction de signifier, par leur liberté créative, qu’à l’intérieur de la maison toute imagination est possible pour ces femmes.
Giorgio CARPINTIERI

L’AUTEUR

Raphaël Toriel est né en 1946 au Liban. Il vit depuis 1970 près d’Annecy, en Haute-Savoie, où il écrit des pièces de théâtre parmi lesquelles on retrouve La Joconde (2004), Le Testament de Dom Juan (2005), Le Génie, le Prophète et la Femme (2006), La Fiancée du vent (2007), Mémoires d’un raté (2008)… Il fait partie de l’association Écrivains Associés au Théâtre. En 2004, il obtient le premier prix d’écriture théâtrale du théâtre de Vallières, pour son œuvre J’ai le cœur à Palmyre. En octobre 2009, il publie L’attente chez Jacques André éditeur.