Stéphan Meynet

 

Il a rencontré le théâtre au lycée aux côtés de C. Damidaux et de S. Mongin (Cie Les 3 Huit). Comédien et metteur en scène autodidacte au sein de la troupe étudiante Arthémis dès 1994, il crée le festival universitaire Les Arthémiades en 1997 et se forme au théâtre de l’Oseraie à Lyon pendant 3 ans, aux côtés de M. Dufour, C. Tarry et S. Puel.

Il anime en parallèle, dès 1995, différents ateliers à l’Université Lyon1, puis rejoint la Cie Bath’art en tant que comédien et éclairagiste. Il travaille comme régisseur plateau du théâtre Tête d’Or puis abandonne ses études scientifiques pour une licence d’études théâtrales (suivie d’un master), avant d’être engagé comme régisseur général puis directeur technique du Théâtre de l’Astrée.
Il se perfectionne aux côtés de P. Clément, H. Daguin (Théâtre de l’Iris), F. Maimone, participe au bocal (Cie la Hors De), et multiplie les rencontres théâtrales. Il suit divers stages (clown, mime, voix) et crée parallèlement la Cie, Kapibara, un festival sur les pentes de la Croix-Rousse, puis récupère la direction du Théâtre de l’Anagramme. Il y encadre depuis 2004 les ateliers de formation.
Il rejoint enfin, en 2007, Nicolas Guépin, au sein de Broutille et compagnie, sous les différentes casquettes de comédien, metteur en scène, formateur, et technicien. Stéphan est également éclairagiste de G. Maimone, F. Maimone, A. Lopez.
Ses différentes rencontres l’ont emmené du théâtre de Boulevard à l’existentialisme de Sartre, de la comédie contemporaine au théâtre de l’Absurde en passant par le monologue épique et littéraire. Il aime à brouiller les pistes et affectionne autant les scénographies élaborées et esthétiques que le travail de comédien épuré.
En 2013 il rejoint la Compagnie Soleluna en tant que régisseur lumière, assisté de Marie Vuylsteker, et signe la création lumière d’Espérance, Thavmata et Le maître et le chanteur.

Partage