VOCE ‘E NOTTE musique traditionnelle populaire napolitaine du XVIIè à nos jours

 

 

 

INSPIRATIONS ET REPERTOIRE

VOCE ‘E NOTTE est né à Lyon en 2010 à l’initiative de Giacomo Anastasi, Saverio Bozetto et Gilles Carrion, tous trois amis et complices de scène depuis plus de dix ans. Le groupe est porté par le désir de faire connaitre les musiques et traditions qui ont fortement influencé la variété italienne. La musique d’une terre qui a fourni un très grand nombre d’artistes, chanteurs, musiciens, comédiens, dramaturges, en conjuguant ses spécificités particulières avec celles des civilisations romaines, grecques, arabes, françaises et espagnoles, qui se retrouvent dans la recherche musicale de ce groupe.  Le répertoire est celui de la chanson traditionnelle du sud de l’Italie, notamment de Naples et de sa région : la Campania, en parcourant des époques différentes de la fin du XVIIème à nos jours.
Les chansons qui forment ce répertoire parlent d’amour, de liberté, du travail dans les champs, entre tarentelle, villanelle et sérénade.

DISTRIBUTION

Giacomo Anastasi : chant, guitare, mandoline, mandole
Xavier Bozetto : guitare
Gilles Carrion : percussions, basse fretless

 

INTENTION

Giacomo Anastasi poursuit un « fil d’Ariane » musical à la recherche de sonorités méditerranéennes exprimant en notes le vécu profond des peuples, leurs souffrances et leurs joies. Une recherche savante et patiente, conduite pendant des années avec la passion de l’homme du sud qu’il est, et la sensibilité à fleur de peau du musicien.  La Compagnie Soleluna a découvert ce musicien lors de la création de Voir Naples et mourir , un spectacle de Commedia dell’arte, où la musique et le chant ont accompagné le jeu des acteurs en soulignant des moments d’une émotion certaine, mais aussi et surtout, en créant un fin dialogue entre les comédiens et la musique même.  Giacomo Anastasi sait se transformer en « troubadour » contemporain, en utilisant le son comme un matériau d’expression, sublimant la parole, car il est capable d’exprimer des sensations qui resteraient inexprimables avec le seul code littéraire.  Sa recherche musicale s’enracine dans une tradition populaire remontant parfois au moyen âge, époque où en Italie les cultures artistiques de différents pays (Pays arabes, Espagne, Portugal, Italie) fusionnaient pour donner ce caractère particulier aux modes d’expression du peuple, qui a fait la richesse culturelle de ce Pays.  En Italie on ne peut pas parler d’ art avec un grand A et d’art mineur, l’art est tout simplement l’art et il reste le privilège des hommes libres, car il permet de s’exprimer avec unicité et authenticité, malgré l’oppression des dominations qui se sont succédées tout au long de l’histoire.
Giacomo Anastasi, ayant parfaitement saisi ce message, il a décidé de le transporter, de le diffuser et de nous en faire bénéficier.

 

 

Partage